Nos Partenaires

Nos Partenaires

FAO

DID

AGRA

CTA

FIDA

MFW4A

AFD

ADA

AIR

Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture(FAO)

La FAO est une organisation intergouvernementale qui compte 194 Etats membres, deux membres associés et une organisation membre, l’Union européenne.

Ses employés proviennent de cultures différentes et sont spécialisés dans les multiples disciplines sur lesquelles reposent les activités de la FAO. Grâce aux capacités de son personnel, la FAO est en mesure de promouvoir une amélioration de la gouvernance, notamment en produisant, développant et adaptant les outils et directives existants et en fournissant un appui ciblé sur la gouvernance à ses bureaux de pays et à ses bureaux régionaux. La FAO, qui a son siège à Rome (Italie), est présente dans plus de 130 pays.

Développement International Desjardins (DID)

Depuis plus de 40 ans, Développement International Desjardins (DID) s’emploie à partager avec les pays en développement et en émergence l’expérience et l’expertise du Mouvement Desjardins, le plus grand groupe financier de nature coopérative au Canada. Notre objectif : rendre accessibles aux populations moins favorisées de la planète des services financiers diversifiés, sécuritaires et répondant à leurs besoins.

Pionnier dans le déploiement et le développement de la microfinance à travers le monde, DID est aujourd’hui un leader mondial dans ce secteur.

L’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA)

L’Agra existe pour réaliser la vision que l’Afrique peut se nourrir elle-même et le monde. Investir dans l’agriculture à travers des partenariats forts est le chemin le plus sûr pour réduire la pauvreté et la faim en Afrique.

L’AGRA est un partenariat dynamique œuvrant à travers le continent africain pour aider des millions de petits exploitants et leurs familles à s’affranchir de la pauvreté et de la faim.

Les programmes de l’AGRA proposent des solutions pratiques pour augmenter la productivité et les revenus des pauvres tout en protégeant l’environnement et la biodiversité. L’objectif de l’AGRA est de catalyser une révolution verte authentiquement africaine, en créant des partenariats pour la transformation.

Malgré les défis auxquels sont confrontés les agriculteurs africains : les semences, la fertilité des sols, l’eau, ainsi qu’aux marchés, à l’enseignement et à la politique agricoles ; les petits exploitants produisent la plupart des aliments de l’Afrique, et ce, avec un minimum de ressources et un faible soutien gouvernemental. L’Afrique est bénie avec des régions uniques caractérisées par de bons sols agricoles, précipitations suffisantes, l’infrastructure de base et un grand nombre de petits exploitants agricoles.

Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA)

Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) est une institution internationale conjointe des Etats du Groupe ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et de l’Union européenne (UE). Le CTA agit pour améliorer la sécurité alimentaire, accroître la prospérité et favoriser une gestion optimale des ressources naturelles dans les pays ACP.

Le Fonds International de Développement Agricole (FIDA)

Le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), agence spécialisée des Nations Unies, est une institution financière internationale créée en 1977 suite à la Conférence alimentaire mondiale de 1974, organisée en réponse aux crises alimentaires des années 1970 (ayant surtout touché les pays sahéliens de l’Afrique). La conférence a décidé qu'”un Fonds international de développement agricole devrait être établi immédiatement pour financer des projets de développement agricole principalement pour la production alimentaire dans les pays en développement”.

La conférence avait fait ressortir l’idée que les causes de l’insécurité alimentaire et la famine ne sont pas vraiment des échecs liés aux problèmes de production alimentaire, mais plutôt des problèmes structurels relatifs à la pauvreté, et au fait que la majorité des populations pauvres du monde en développement sont concentrées dans les zones rurales.

Making Finance Work for Africa (MFW4A)

Nous sommes une plateforme unique pour les Gouvernements africains, le secteur privé et les partenaires au développement dans la coordination des projets de développement du secteur financier à travers le continent, afin d’éviter la duplication et de maximiser l’impact de développement.

Agence Française de Développement (AFD)

L’AFD finance et accompagne des projets et programmes de développement qui soutiennent une croissance économique plus durable et partagée, améliorent les conditions de vie des plus pauvres, contribuent à la préservation de la planète et aident à stabiliser les pays fragiles ou en sortie de crise.

Ses équipes, basées à Paris et Marseille et dans son réseau de soixante-douze agences et représentations dans les pays en développement et dans les Outre-mer français , lui permettent d’offrir à ses partenaires des financements, des instruments d’analyse et de couverture du risque et une ingénierie de formation et de renforcement des capacités.

Sa filiale Proparco soutient les investissements privés.

L’AFD collabore également avec les réseaux académiques français et internationaux pour alimenter les débats et réflexions prospectives sur le développement.

Elle assure la gestion du Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) , qui cofinance des projets conciliant environnement et développement.

ADA

Depuis 20 ans, ADA s’engage à développer l’offre de microfinance au service des populations exclues des circuits bancaires classiques. Notre action consiste à renforcer l’autonomie et les capacités des institutions de microfinance (IMF), des associations professionnelles et des réseaux. Nous apportons également notre appui aux gouvernements pour soutenir et structurer le secteur de la microfinance au niveau régional ou national.

Nous proposons et développons des produits de microfinance spécifiques et innovants avec nos IMF partenaires, impactant positivement la vie de milliers de personnes. Nous travaillons notamment sur des projets de financement des jeunes, d’accès à l’énergie par la microfinance ou encore de micro-assurance.

Nous dispensons des formations pour renforcer les capacités des professionnels de la microfinance en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine. Dans ce même but, nous participons à la conception d’outils de management tels que Microfact. Nous accompagnons aussi les IMF dans leur recherche de financement à travers le Fonds Luxembourg Microfinance and Development Fund (LMDF).

De plus, nous conduisons des recherches dans les domaines de la finance rurale et de l’évaluation de la performance sociale. Les expériences du terrain issues de nos projets enrichissent les réflexions et les recherches, qui renforceront à leur tour nos pratiques et notre démarche.

ADA participe et organise fréquemment des rencontres et des conférences pour partager et pour diffuser ses connaissances. Nous contribuons ainsi à enrichir le débat et les réflexions du milieu de la microfinance, au Luxembourg ou dans les pays du Sud.

ADA, dont le siège se situe à Luxembourg, est une organisation non-gouvernementale agréée et cofinancée par la Coopération au développement et de l’action humanitaire luxembourgeoise. ADA bénéficie du Haut Patronage de Son Altesse Royale la Grande-Duchesse Maria Teresa.

African Institute for Remittances (AIR) projectis led by African Union with the support of the World Bank and the European Commission, and in cooperation with the African Development Bank and the International Organization for Migration.
The core objectives of the African Institute Remittances project are to:
(a) Facilitate the process leading to the creation of the Institute
(b) Build the capacity of the Member States of the African Union, remittance senders and recipients and other stakeholders to develop and implement concrete strategies and operational instruments to use remittances as development tools for poverty reduction.

The overriding purpose of these consultations is to involve the broadest possible spectrum of stakeholders from Africa and the Diaspora in a discussion on remittances and how they are sent and used.

Read More